Blog SmartNews

Horloge Social Selling

Smart Question #8 : Managers : Combien de temps faut-il passer sur les réseaux sociaux ?

→ Pour plus d’informations

C’est la rentrée et vous êtes déjà débordés ? Vous vous dites que les réseaux sociaux c’est trop chronophage ? 

Détrompez-vous !

Que vous ayez 1 minute, 15 minutes, ou encore 1h devant vous, il est tout à fait possible de se mettre sérieusement aux réseaux sociaux sans que cela ne vous prenne trop de temps.

Découvrez en un coup d’oeil le temps qu’il faut passer sur les réseaux sociaux en fonction de vos objectifs dans notre petit guide conçu spécialement pour vous !

SQ8-Smartworking

Alors, êtes-vous vraiment sûr que vous n’avez pas le temps pour les réseaux sociaux ? 😉

Cette série de Smart Questions a été inspirée par les questions des apprenants de Smartworking : lors de nos formations, nous entendons plus que régulièrement ce genre d’interrogations qui paraissent simples pour certains, mais qui représentent de véritables points bloquants pour d’autres ! Nous avons donc décidé de les partager avec vous 😉
N’hésitez pas à nous envoyer vos propres questions et nous tenterons d’y répondre dans cette série de Smart Questions !
Social Selling

Mettre en place un pilote de Social Selling dans votre entreprise : 4 étapes pour s’y préparer !

Avec environ 66 100 000 de résultats pour “Social Selling France” sur Google, 35 000 Responsables Commerciaux et 25 000 Directeurs Commerciaux sur LinkedIn en France, le Social Selling commence à prendre sa place dans l’hexagone  depuis quelques temps.

Avec des chiffres aussi encourageant, on peut se demander pourquoi le Social Selling ne se répand pas plus rapidement ?!

Social Selling

Le Social Selling répond bien présent dans la presse, les conférences, et les discussions en entreprise, mais cela reste encore « dans les discussions » :  c’est encore considéré comme un « concept » qui n’est pas encore clair et qui n’aboutit donc pas à des actions concrètes.  Le Social Selling est donc encore loin d’être présent de manière “organisée” en termes de programme ou de pilote dans les entreprises.

Alors que faut-il faire pour se préparer avant de mettre en place ce type d’initiative dans son entreprise à l’heure où le Social Selling est mal connu ? Découvrez les 4 étapes nécessaires selon Smartworking® :

1/ Un “quick win” (une petite preuve ou un business case qui démontre des résultats)
Très souvent, lorsqu’on demande aux Directeurs Commerciaux des grands groupes et PME’s où ils en sont (eux et leurs équipes) concernant le Social Selling, 50% d’entre eux ne savent pas quoi répondre**. La raison étant qu’ils n’avaient jamais pris le temps d’aborder le sujet avec les équipes, ni de faire un rapide benchmark sur les réseaux sociaux…
Avec 35 000 Responsables Commerciaux sur LinkedIn, vous allez peut-être y retrouver votre équipe et vos collègues…
C’est au fruit que l’on connaît l’arbre… 😉

2/ De l’information
Muni d’un dossier solide avec des statistiques, business cases, etc.., il est beaucoup plus simple de mettre en place un pilote solide. Alors pour mettre en place cela, pourquoi ne pas regarder ce qu’il se passe dans votre secteur, votre marché, chez vos concurrents, dans les secteurs voisins et bien sûr même sur dans votre propre équipe et votre entreprise…

3/ Du soutient
social selling

Aucun homme n’est une île…

Comme toute initiative en entreprise, la mise en place d’un programme Social Selling est l’affaire de plusieurs personnes, ainsi qu’un travail d’équipe et un mélange d’expertises.

Pourquoi ne pas en parler avec vos Commerciaux ou le service Marketing, Digital, Formation, RH, ou même un prestataire externe ?  En fonction de la stratégie, le secteur, etc, de l’entreprise, vous trouverez quelques complices… 😉

4/ De la conviction
Il est facile de dire “le Social Selling ne fonctionne pas” ou “nous ne sommes pas prêts”, ou des centaines d’autres excuses… Le changement de méthodes et d’outils commerciaux demande une conduite de changement, une nouvelle posture, un plan d’action modifié, et même une vision différente…
Le Social Selling peut « faire peur » à vos collègues : ils ne comprennent pas ce que c’est réellement, comment le mettre en place, ou encore ils restent bloqués avec leurs vieilles convictions.
Alors, préparez-vous, car votre direction, votre management, etc. risquent de ne pas être à l’écoute lorsque vous allez aborder la question du Social Selling.
Même si la route est longue et parfois semée d’embûches, vous allez y arriver si vous êtes bien préparé !

De toute façon, si votre entreprise ne se met pas au Social Selling, les concurrents auront certainement l’intention d’y arriver avant vous… 😉

*A noter : Le Social Selling (la prospection et génération des leads sur les réseaux sociaux) peut être mené sur d’autres réseaux sociaux professionnels que LinkedIn. A l’heure actuelle, LinkedIn est le plus utilisé en BtoB en France à ce sujet.
**Smartworking® interroge régulièrement des Directeurs Commerciaux à ce sujet et a pu documenter ce chiffre depuis quelques temps.

Pour plus d’informations sur la mise en place d’un programme Social Selling dans votre entreprise.

 

Questions réseaux sociaux

Smart Question #7 : Business leaders, 4 questions à vous poser afin de décider d’aller sur les réseaux sociaux ou non

Beaucoup de directeurs d’entreprises de toutes tailles se demandent s’il est utile d’être présent sur les réseaux sociaux si une majorité de leurs clients et prospects n’y sont pas.

réseaux sociaux

Tandis que certaines populations ne sont effectivement pas (encore !) présentes sur les réseaux sociaux, il vaut tout de même mieux se poser cette question avant que vos concurrents ne le fassent pour vous 😉

Prenons le taureau pour les cornes et analysons cette question épineuse en faisant le point sur quelques questions à se poser en amont :

1/ Qui sont vos cibles et savez-vous si elles sont déjà présentes sur les réseaux sociaux ?

→ Même si beaucoup d’acteurs dans les secteurs informatique, finance, automobile, biotechnologie, médicale, télécom, services, ingénierie, aérospatial/défense, pharmaceutique, industrie, et énergie sont présents sur les réseaux sociaux, d’autres secteurs, segments et populations n’incluent pas encore les réseaux sociaux dans leurs outils professionnels…*

D’après Corporate Executive Board, 77% des acheteurs BtoB indiquent ne pas adresser la parole à un commercial tant qu’ils n’ont pas mené leurs propres recherches  :  alors même si vos clients et prospects ne sont pas présents sur les réseaux sociaux, ils savent tous utiliser Google et s’en servent pour récolter des informations !  Il faut donc réfléchir à la façon de vous présenter afin qu’ils vous rencontrent sur Google !

Astuce 1 : Pensez à faire un benchmark de votre écosystème sur plusieurs réseaux sociaux avant de prendre une décision !

2/ Quel âge ont vos cibles ?
digital baby

→  Les clients de Smartworking® nous disent souvent, à l’aube de notre collaboration, que « ce n’est pas nécessaire de travailler sur notre présence digitale ou de digitaliser les compétences de nos équipes, car nos clients et prospects n’y sont pas ».

Oui, mais avez-vous pensé aux personnes qui entourent vos décisionnaires ? Sont-elles plus « digitales » ? Et peuvent-elles avoir de l’influence sur les décisionnaires ?  Pourquoi s’enfermer et se limiter aux mêmes types de cibles et prospects ?

Enfin, même si elles ont un « certain âge », elles ont probablement des enfants qui, s’ils ne sont pas encore en train de se préparer pour reprendre l’affaire de maman ou papa, le feront sûrement  d’ici quelques années. Alors, préparez-vous et ne perdez pas de temps !

Astuce 2 : Pensez à faire un tour sur LinkedIn ou Viadeo et construire un organigramme de vos clients et prospects. Cela vous aiderait à répondre à cette question.

3/ Vos cibles sont-elles équipées ?

→ Une majorité de nos clients nous dit que « ce n’est pas nécessaire de travailler sur notre présence digitale ou de digitaliser les compétences de nos équipes, car nos clients n’ont pas d’ordinateurs sur leur lieu de travail ».
Oui, mais n’oublions pas qu’ils ont certainement des Smartphones, tablettes… !

Astuce 3 : Pensez à faire un audit la prochaine fois que vous allez les voir ou même faire une rapide étude par mail.

4/ Vos cibles sont-elles en pleine réflexion concernant leur potentielle présence digitale ?

reflexion digital

→ Nos clients nous disent également que, « comme nous, nos clients et prospects n’ont pas le temps pour les réseaux sociaux. Tout le monde est très occupé et le digital ne figure pas sur leur liste de priorités ».

Même si nous entendons cela depuis les 5 dernières années, les temps changement et de plus en plus d’entreprises s’y mettent !

Astuce 4 : Il suffit d’avoir cette discussion avec eux,  vous risquez d’être surpris! 😉


Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt…” 😉

Benjamin Franklin

 

*Source : http://socialmediab2b.com/category/social-networks/linkedin-social-networks

Pour plus d’informations sur la façon de gérer votre présence digitale et la digitalisation des compétences de vos équipes…

Cette série de Smart Questions a été inspirée par les questions des apprenants de Smartworking : lors de nos formations, nous entendons plus que régulièrement ce genre d’interrogations qui paraissent simples pour certains, mais qui représentent de véritables points bloquants pour d’autres ! Nous avons donc décidé de les partager avec vous 😉
N’hésitez pas à nous envoyer vos propres questions et nous tenterons d’y répondre dans cette série de Smart Questions !
Invitation linkedin

Smart Question #6 : faut-il vraiment personnaliser le message d’invitation sur LinkedIn ?

→ Pour plus d’informations

Certes, tout le monde le fait. Vous l’avez probablement fait vous-même aussi – c’est-à-dire envoyer une invitation pré-remplie sur LinkedIn !

Vous allez dire, “Mais tout le monde le fait” ! Oui, c’est vrai, mais étant donné que 63%** des gens ne répondent pas aux invitations non personnalisées, cette question mérite réflexion.

linkedin invitation

Pourquoi faire comme tout le monde et pourquoi perdre une opportunité d’être pertinent et transparent ?! Devenir un “consommateur” sur LinkedIn, comme sur certains sites sociaux (Tinder, par exemple…) va à l’encontre des valeurs “sociales” des “réseaux sociaux” !    Après tout, les contacts auxquels vous avez affaire ne sont pas des produits consommables !

Afin de vous aider à comprendre comment gérer cette question d’invitations personnalisées, nous avons conçu un petit guide simple à utiliser !

  1. Si vous connaissez la personne : c’est donc un jeu d’enfant ! Il suffit simplement d’écrire un court message sympathique comme « Je suis ravi(e) d’avoir fait votre connaissance aujourd’hui au Salon », ou  encore« Comme nous partageons les mêmes intérêts / ou le même réseau, il sera bénéfique d’être en contact » par exemple.  Même si la personne vous connaît déjà, elle sera ravie (et impressionnée !) de recevoir ce court message personnalisé !
  2. Vous ne connaissez pas la personne : cela demande un peu plus de réflexion…
  • Soyez honnête : dites-leur pourquoi vous les contactez (et ne demandez pas de job ou de RDV ! ). On ne consomme pas, on propose de la valeur et de la transparence. Il faut surtout gagner la confiance de l’autre en premier lieu afin d’amorcer simplement le contact. Le reste vient après !
  • Proposez quelque chose : Les « consommateurs », c’est-à-dire ceux qui prennent sans rien donner en échange, ne vont pas très loin sur les réseaux sociaux professionnels !
  • Soyez proactifs : il y a beaucoup de « touristes » sur LinkedIn. Avec un peu de réflexion, vous pouvez rédiger des invitations pertinentes et positives !  

Et pour vous donner un petit coup de boost (et parce que nous sommes sympas ! ;-)), voici un exemple :

« Bonjour, Étant dans le même secteur, nous partageons les mêmes sujets comme le _______et le ________. Comme j’anime mon profil sur les sujets de _____ici sur LinkedIn, il serait intéressant de partager nos idées et nos écosystèmes. En vous remerciant par avance… » ***

Enfin, si vous n’aimez pas recevoir d’invitations pré-rédigées vous-mêmes, pourquoi continuer à prendre cette habitude négative de consommation ?!

L’approche polie et pertinente = l’approche gagnante !

Linkedin

Pour plus d’informations sur comment gérer vos invitations et tous les autres usages réseaux sociaux…

Cette série de Smart Questions a été inspirée par les questions des apprenants de Smartworking : lors de nos formations, nous entendons plus que régulièrement ce genre d’interrogations qui paraissent simples pour certains, mais qui représentent de véritables points bloquants pour d’autres ! Nous avons donc décidé de les partager avec vous 😉
N’hésitez pas à nous envoyer vos propres questions et nous tenterons d’y répondre dans cette série de Smart Questions !

**Source : LinkedIn.

***Ceci est simplement un exemple ! Maintenant à vous de jouer 

invitation linkedin

Smart Question #5 : LinkedIn : Que se passe-t-il si je n’accepte pas toutes les invitations reçues ?

Nous avons tous vécu cela.  “Je vous invite à faire partie de mon réseau professionnel sur LinkedIn”.

Tous les jours, nous recevons des invitations avec le message “standardisé” sur LinkedIn des gens que :

1/ Nous ne connaissons pas…
2/ Nous n’avons jamais rencontré…
Ou même pire…
3/ Nous n’avons aucune envie de rencontrer !

Alors comment faire ? Si nous n’acceptons, vont-ils le savoir ? Et est-ce que les invitations refusées vont faire des dégâts à notre e-réputation, réseau ou même SSI (Social Selling Index) ?

La réponse est tout simplement NON ! Non, les gens que vous “refusez” ne vont pas le savoir. Ils ne reçoivent pas de message “Christian Dupont a refusé votre invitation sur LinkedIn” (En revanche, Viadeo vous le confirme de manière plus directe ! ;-))

invitation linkedin

Mais quelle est la bonne stratégie à adopter concernant les invitations ?
Voici 4 astuces à suivre !

1/ Vous recevez une invitation d’un/e collègue de votre entreprise :
Juste parce que vous travaillez ensemble, cela ne veut pas dire qu’il faut se connecter avec tous vos collègues sur LinkedIn !
→ Astuce :  S’il vous manque des contacts et que vous recevez une invitation d’un/e collègue qui est “actif/ve” sur LinkedIn et qui a du réseau, il serait peut-être intéressant d’accepter son invitation.

Autrement, c’est totalement “up to you” ! 😉 Mais si vous refusez, il est vrai que le/la collègue en question peut se demander pourquoi vous le/la refusez.  Pensez à préparer une réponse diplomate :  “Je vous remercie pour votre invitation et l’intérêt que vous portez à mon profil. Cependant, actuellement je me focalise sur une stratégie de création de réseau en dehors de notre entreprise ou dans un autre secteur”.

2/ Vous recevez une invitation de quelqu’un que vous ne connaissez pas du tout !
→ Astuce : Regardez tout de même son profil. S’il  ne vous intéresse pas, n’hésitez pas à refuser l’invitation !
Invitation-linkedin

Peuvent-ils le savoir ? S’ils réessaient de vous inviter, ils recevront un message d’erreur :  “Une erreur s’est produite”. Mais ils ne sauront pas d’où vient ce petit « bug ».

3/ Vous recevez une invitation de quelqu’un que vous ne connaissez pas du tout, mais en lisant son profil, vous voyez une synergie avec le vôtre… Alors, acceptez-le et envoyez-lui un message de remerciement et, pourquoi pas, proposez lui un échange téléphonique de 15 minutes afin de faire connaissance !

4/ Vous recevez une invitation et le profil est intéressant, mais vous ne voyez pas vraiment la synergie. Alors, écrivez-lui un message : “Merci pour votre invitation, mais comme nous ne nous sommes jamais rencontrés, puis-je me permettre de vous demander l’objectif de votre invitation ?”
linkedin répondre
Les gens n’ont pas l’habitude de recevoir ce type de message et ceux qui sont vraiment intéressés vous répondront ! Sinon, vous supprimez l’invitation !

Pour plus d’informations sur la façon dont  gérer vos invitations et tous les autres usages réseaux sociaux…

Cette série de Smart Questions a été inspirée par les questions des apprenants de Smartworking : lors de nos formations, nous entendons plus que régulièrement ce genre d’interrogations qui paraissent simples pour certains, mais qui représentent de véritables points bloquants pour d’autres ! Nous avons donc décidé de les partager avec vous 😉
N’hésitez pas à nous envoyer vos propres questions et nous tenterons d’y répondre dans cette série de Smart Questions !
Or en barre

Les formations gratuites sur Internet : tout ce qui brille n’est pas forcement de l’or…

Ces dernières années, le « Freemium », un modèle économique gratuit sur Internet, ne cesse de croître : abonnements sur les réseaux sociaux, livres blancs, e-books, et même formation ! On retrouve plusieurs formats freemium : des vidéos, des webinars, du e-learning, et la liste est encore longue… Mais comment s’y retrouver ? Et surtout, pourquoi investir dans la formation blended learning ou distancielle, ou encore faire venir des formateurs pour former vos équipes sur le digital alors qu’elles peuvent se former en toute autonomie sur Internet sans payer un centime ? 😉

gold2

La formation gratuite et autonome n’est pas à la hauteur de la formation professionnelle contrairement aux idées reçues…

Mythe #1 : Il existe des formations gratuites ET de qualité.

Réalité : Sachez-le, rien n’est vraiment gratuit. Tout a un prix, surtout lorsqu’il s’agit de l’Internet ! Lorsque vous vous inscrivez pour recevoir votre “formation gratuite”, vous devez renseigner vos coordonnées, adresse mail, ou même carte bancaire… Donc, ce n’est pas aussi “gratuit” que vous le pensiez ! 😉

Mythe #2 : Entendu de la bouche d’un Directeur ; “Je vais envoyer des tutoriels gratuits à mes équipes pour qu’elles puissent se former et être autonomes sur les réseaux sociaux.“

Réalité : Regarder une vidéo ou un webinar d’une heure ou deux ne va pas faire de vos équipes des gurus digitaux ! C’est une première couche de “vernis” dont les compétences vont disparaître en peu de temps faute de suivi ! Rapidement,vous vous retrouverez au point de départ.

Mythe #3 : En faisant participer vos équipes à des Moocs et d’autres solutions gratuites, elles vont s’engager et réussiront à utiliser à bon escient les nouvelles compétences acquises.

Réalité : Comment comptez-vous vérifier concrètement si vos équipes ont bien suivi les formations d’une part, et comment mesurer les résultats d’autre part ? En prenant en compte le fait que vos équipes sont probablement débordées, comment allez-vous faire en sorte qu’elles s’engagent à suivre un Mooc de façon assidue ?

Mythe #4 : Vous pensez qu’après avoir suivi ces tutoriels, vos équipes sont capables de produire des résultats..

Réalité : Mais quels résultats ? Les tutoriels gratuits ne vont pas définir vos KPI’s et encore moins les mesurer et ni vous accompagner dans votre stratégie ! 😉

Capture d’écran 2016-04-14 à 21.44.57

Pour résumer :
– Nous apprenons plus rapidement en étant accompagnés. Rien ne remplace l’expertise et l’interactivité avec des formateurs HUMAINS et expérimentés.
– Une solution « taille unique » n’a pas la capacité de s’adapter ni à vos problématiques, ni à votre écosystème, et ni aux niveaux de vos équipes !
– Des formations gratuites peuvent être un bon début, mais elles ne vont certainement pas répondre aux questions parfois sensibles de vos équipes. Êtes-vous prêt à assumer que vos collaborateurs puissent se trompent sur les réseaux sociaux et risquent de faire des dégâts au niveau de votre marque ou de vos clients ?
– Les formats « Freemium » ne pourront jamais remplacer un véritable formateur. Afin qu’une telle démarche produise des résultats concrets, durables, et surtout quantifiables, il est nécessaire d’avoir un véritable soutien, une implication, et du sérieux.

Confidence pour confidence : les solutions rapides et simples finissent toujours par être plus onéreuses que d’avoir recours à la formation, car les solutions “rapides et simples” restent un mythe… 😉

Pour plus d’informations sur des formations digitales efficaces qui produisent des résultats durables…