Acculturation

Le petit guide du #SocialSelling phygital pour préparer un salon, évènement…

Ça y est, il y a des salons, foires, congrès, grands évènements qui reprennent… Mais il y a encore beaucoup d’évènements en ligne…  Alors, comment réussir dans ce monde phygital ?

Nous avons tous des évènements, grandes rencontres, conférences, salons… importants pour notre métier. Et à l’heure actuelle ils se passent à la fois en ligne et en face à face.

Pour les commerciaux, cela représente un vrai exploit de jonglage : la préparation, le suivi, la fidélisation on et off line n’ont jamais demandé autant d’agilité. Chaque évènement a son déroulé spécifique. Ainsi les commerciaux doivent élaborer une approche phygitale légèrement sur mesure presque systématiquement.

Alors, comment optimiser vos activités commerciales en amont et en aval dans cette ambiance mixte d’on et d’offline ? Réponses dans notre petit guide! 👇🙂 Cliquez pour tweeter

 

Le petit guide du #SocialSelling phygital pour les salons/évènements

Phases Evènements Online Evènements Offline
Avant 1. Préparation 👀 Avant d’assister à un évènement online ou en présentiel, si vous avez accès à la liste des participants ou exposants, vous pouvez vérifier les noms des entreprises et personnes présentes : y en a-t-il que vous connaissez déjà ou que vous avez envie de connaître ? 😉 Commencez votre liste !
2. Profil 🔎 🗣 Vous n’avez pas accès à la liste des participants de l’évènement virtuel ? Ce n’est pas grave. Pourquoi ne pas inviter des clients et prospects via LinkedIn et leur envoyer les infos sur l’évènement ? C’est un excellent moyen de rester en contact ! Sont-ils sur LinkedIn, Twitter, Instagram ? Savez-vous déjà s’ils y assistent ? Comment pourriez-vous les contacter avant l’évènement ?
3. Pourquoi ❓ Quelle est votre valeur ajoutée ? Pourquoi devraient-ils accepter votre invitation ou de vous rencontrer pendant 5 minutes sur leur stand ou après la conférence ? #Antipitch
4. Package ✍ Écrivez un petit message de 3 ou 4 phrases que vous enverrez par Inmail, email ou MP sur Twitter… Expliquez comment vous l’avez trouvé (à travers le site de l’évènement, par exemple) et pourquoi vous les contactez (“Au plaisir d’échanger ensemble après le Webinar sur le xxx.” ou “Au plaisir de vous y croiser sur votre stand et échanger sur xxx”)
Pssst : n’oubliez pas d’exprimer leur problème ici – et non de présenter votre produit !
Pendant 5. Passage 🕴 🕺 Il est primordial que vous passiez au stand ou que vous assistiez à l’évènement on line en question ! Sinon, vous n’êtes pas crédible…😏
Posez des questions pertinentes aux intervenants ou proposez des informations non-commerciales aux participants durant l’évènement. S’il y a un moyen de contacter les personnes en conversation directe, vous pouvez essayer de dire bonjour aux personnes qui vous intéressent, mais cela est quand même risqué et pourrait être mal pris… Il faut peut-être attendre après l’évènement… Si cela est un salon online, alors, pourquoi pas… N’oubliez pas que cette personne n’est pas là pour vous écouter ! Elle y est pour rencontrer des clients, prospects… → amortir le stand ! 😉 Si la personne a l’air stressée ou occupée, proposez lui de revenir…
6. Politesse 🙏🏽 🕝 En envoyant des messages après l’évènement, proposez des informations supplémentaires, posez des questions, etc.
Si pas de réponse après quelques messages, n’hésitez pas à les appeler, en mentionnant les messages envoyés. Mais attention, on reste au téléphone que 5 minutes !
Demandez si la personne a quelques minutes à vous consacrer, sinon quel serait le bon moment ? Si la personne est disponible, ne prenez pas beaucoup de son temps (prenez par exemple que 5 minutes et prenez la température, si la personne discute toujours, sans avoir l’air “dérangée,” ça y est, elle s’intéresse à la discussion !)
7. Patience ⌛ N’oubliez pas que cette personne répond à votre message ou à votre appel. Elle est polie et prend du temps pour vous ! N’oubliez pas que cette personne est là pour rencontrer des clients, prospects… Elle doit bien amortir le stand ! 😉 Mettez-vous à leur place !
8. Pasdepitch 😱 Que cela soit par téléphone, message, ou en face a face, intéressez-vous à
eux ! Posez des questions… Expliquez vos expériences similaires avec d’autres clients ou dans d’autres situations, afin que cela soit informatif et riche pour eux !
9. Proposition 💬 💭 😀 Non, pas de proposition commerciale!! 😲 mais plutôt, proposition d’aide ➡ #Alwayshelping #Forcedeproposition
Après 10. Prisedecontact 🗣 💻 Attention, juste parce que vous avez échangé avec eux durant un évènement en face à face ou durant un chat en ligne ou pris leur carte et êtes connecté(e) avec eux sur LinkedIn, cela ne veut certainement pas dire que vous pouvez les bombarder avec du bla bla commercial ! → #KISS 👄
Non, ce n’est pas ce que vous pensez ! 😉 → Keep it short, simple, and social 🙂

Certes, la période actuelle est exigeante et vos prospects et clients risquent d’être éparpillés – et pas uniquement pour faire face à leurs priorités. Ils risquent aussi d’être à plusieurs endroits en même temps. Entre le #Télétravail, les équipes réduites aux bureaux etc., on ne peut pas être sûr de les trouver… Et c’est pour ça que les usages des réseaux sociaux sont devenus encore plus utiles… Cliquez pour tweeter Mais vos équipes commerciales ont-elles le réflexe de suivre ce flux phygital dans leurs activités quotidiennes ?
Vous voulez trouver un format pédagogique qui les aidera à travailler ce réflexe ?

Appelez-nous, notre équipe saura vous proposer l’option de formation personnalisée optimale…

📞 0611629621

0

Avez-vous des trolls dans vos équipes commerciales ?

Tout le monde parle de ces personnes qui surfent sur le Web cherchant à générer des polémiques avec des messages ou commentaires négatifs dans des forums à propos d’une personne, d’un sujet etc. On les appelle des Trolls.

Avez-vous des #trolls dans vos équipes commerciales ? #Reseauxsociaux #SocialSelling Cliquez pour tweeter

Mais savez-vous qu’il existe aussi des trolls commerciaux ? Ces trolls-là ne sont pas forcément méchants ou mal intentionnés, mais laissés à eux-mêmes dans leur entreprise depuis trop longtemps, ils essaient de prospecter en pensant bien faire… En réalité, leurs messages sont complètement concentrés sur ce qu’ils ont à vendre, sans la moindre mention des besoins du destinataire ! Malheureusement ces communications commerciales ont même redoublé d’intensité récemment avec la difficulté de mise en place de RDV physiques et la pression due à la baisse d’activité.

Enfin, sans accompagnement, sans techniques, et parfois, tout simplement par manque de tact, ces commerciaux finissent par déranger leurs destinataires.

Mais ce n’est pas leur faute ! Les directeurs commerciaux ont tendance à prendre les réseaux sociaux pour un canal comme les autres. Ils ne les voient pas forcément comme un canal à part, avec ses propres règles. Comme les réseaux sociaux donnent l’opportunité unique d’informer, influencer et créer du lien directement avec les prospects, les commerciaux n’ont ainsi jamais eu d’outils aussi puissants – à condition qu’ils soient bien utilisés… C’est à dire que les commerciaux doivent s’en servir comme un canal sur lequel il faut mettre en avant les relations conversationnelles humaines (et pas automatisées !). Ils doivent apprendre à porter leur attention sur la découverte, la compréhension des besoins client et la création de valeur.

Les directeurs #commerciaux ont tendance à prendre les réseaux sociaux pour un canal comme les autres. #Reseauxsociaux #SocialSelling Cliquez pour tweeter

Malheureusement, avec la course aux objectifs, le manque de formation, et parfois peu de directives de communication et d’implication de leur management, beaucoup de commerciaux sont devenus petit à petit des trolls…👹

Mais, good news ! Tout n’est pas perdu ! Il est facile d’aider ces trolls à reprendre forme humaine. 🧑👩🧔👱‍♀️ Avec une pincée de réingénierie et une bonne dose de soft skills, vos trolls vont devenir des athlètes de la valorisation commerciale de votre marque.

Malheureusement, avec la course aux objectifs, le manque de formation, et parfois peu de directives de communication et d’implication de leur management, beaucoup de commerciaux sont devenus petit à petit des trolls...👹… Cliquez pour tweeter

Contactez-nous pour savoir identifier et convertir vos trolls commerciaux en athlètes CrossFit.

____________________________________________________

Pour découvrir des astuces utiles aux commerciaux proches du troll : notre mini-série sur Sam le Social Cow-boy, un commercial qui se comportait comme un troll et qui a su évoluer :
– 4 astuces pour écrire des invitations gagnantes sur LinkedIn by #SamSocialCowboy 🤠
– 4 faux pas à ne plus commettre sur votre profil LinkedIn en 2020, by Sam 🤠
– Sam pratique le Black Friday…
Sam se met au Social Selling… Enfin, il pense qu’il s’y met…
– Le profil LinkedIn de Sam se transforme

0
2020 : l'ascension des relations digitales sur les reseaux sociaux

2020 : L’ascension des relations digitales sur les réseaux sociaux

5 facteurs clés du social pour les entreprises en 2020

Comme vu dans nos projections de tendances pour 2019,
cette année passée était marquée par les cinq C :
Collaborateurs, Clients, Contenus, Connexion et Chiffre… 

Alors, comment cela va changer en 2020 ? Ces 5 C ne vont pas vraiment changer, mais ils vont tous évoluer vers toujours plus de social sur les réseaux ! Cela veut dire que chacun d’entre eux va de plus en plus s’imbriquer dans le tissu social de leurs écosystèmes professionnels sur les réseaux sociaux…

Alors, cela va prendre quelle forme ?

1- Collaborateurs : en 2020, toujours les co-stars du monde des affaires ! ?

Avec la présence croissante des contenus dans les espaces digitaux, la personnalisation des relations avec les clients et d’autres membres de l’écosystème digital sera plus importante que jamais ! En 2020, demander aux collaborateurs de “pousser” des contenus curatés par des outils ne suffira plus – et même si la pléthore d’outils pour faire cela et aussi pour détecter les comportements des clients, faire de l’écoute sociale, suivre les parcours clients etc. deviendra encore plus accessible aux entreprises. Certes, collecter et interpréter des datas est primordial et constitue d’une base incontournable. Pour assurer une bonne suite de ces datas lors de leur mise en musique, la responsabilité presque “finale” reste quand même sur les épaules des collaborateurs, les meilleurs relais d’influence… C’est à eux de mener à bien des nouvelles actions réseaux sociaux, fraîchement infusées de ces nouvelles pépites d’informations… Si le presque dernier maillon de la chaîne ne suit pas, à quoi servira la mise en place des outils !? ?

Le lien entre la #relationclient et #employeeadvocacy est indissociable*…
Le lien entre la #relationclient et l’#employeeadvocacy est indissociable*…

2- Clients : en 2020 ils partagent toujours la vedette avec les collaborateurs mais sont plus roi/reine que jamais ! ♚♛

D’après une étude de Forbes*, les entreprises #customercentric sont 66% plus rentables que les entreprises non #customercentric ! Cependant intégrer et améliorer l’#experienceclient sur les #reseauxsociaux n’est pas toujours simple. Les usages des outils d’#employeeadvocacy et d’automatisation des diffusions sur les réseaux sociaux rendent la tâche plus facile pour les commerciaux et d’autres salariés de l’entreprise. Par contre, cela ne donne pas toujours le meilleur résultat “final” – c’est-à-dire, cela peut finir en répétition des contenus partagés par les mêmes collaborateurs, créant une chambre d’écho… C’est pour cela qu’il n’a jamais été aussi important d’apprendre aux équipes, surtout celles qui sont en “première ligne” avec les prospects et clients sur les réseaux sociaux, de personnaliser davantage leurs échanges et instaurer un traitement spécial VIP depuis le tout début de la relation….

3- Contenus : en 2020 ils sont l’autoroute de la proximité… ??????????

Si vous tapez les mots “content tools” sur Google, vous obtiendrez environ 5,610,000,000 résultats ! ? Effectivement, 2019 a vu l’arrivée et l’évolution d’une abondance d’outils de création et de gestion de contenus, de content marketing etc. ! En effet, le taux d’entreprises rattrapant leur manque de présence sur les réseaux sociaux à travers des contenus créés par leurs équipes marketing et/ou une agence externe ou même des contenus identifiés en interne par les outils de curation et/ou par des salariés, ne cesse d’augmenter…

Tandis que cela peut être positif en termes de reconnaissance de l’importance des contenus dans le mix marketing digital et l’implication des outils, spécialistes internes/externes, salariés…, cela peut aussi créer une sorte d’”embouteillage” de contenus sur les réseaux sociaux…

Les directeurs et managers disent souvent, “je n’ai pas le temps de lire tous les contenus que je vois sur mon fil d’actualité ou qui me sont envoyés par des prestataires…” Et c’est pour cela qu’en 2020, les entreprises auront besoin de varier les formats de contenus en optant pour des formes courtes et visuelles en approfondissant la pertinence des contenus et en les adaptant mieux aux cibles. Ensuite il leur faudra passer le flambeau aux collaborateurs étant les plus proches des prospects et clients pour favoriser une diffusion ciblée et personnalisée…

4- Connexion : en 2020, la connexion devient encore plus sociale?????=?

Avec tellement d’outils, datas, idées, intelligence à leur disposition…, les entreprises ont tout ce qu’il faut pour approfondir la connexion entre les collaborateurs et les prospects/ clients… En fait, c’est ce qu’elles veulent laisser paraître. En réalité, ce n’est pas aussi facile que ça… Même si elles ont une partie du parcours client bien “maîtrisée,” une grande partie, très importante, est souvent manquante : la réactivité ! Afin de créer de la proximité dans une #relationclient de confiance, il faut rester proche des prospects/clients… Et pour faire cela, il faut leur répondre rapidement ! Pour que les équipes puissent réagir sur les réseaux sociaux, les process quotidiens doivent intégrer le canal social, ce qui n’est souvent pas le cas…

Alors, pas de connexion entre les process, strategies, réflexions… et les usages réseaux sociaux, moins de connectivité entre les salariés et les prospects, clients, candidats…

2020 réseaux sociaux entreprises
Dors, t’es mort…

5- Chiffre… : en 2020, une grande partie du chiffre d’affaire viendra du canal social !?????=??

Mais oui ! La mesure des activités sur les réseaux sociaux se fait ! Par contre, en 2020, les entreprises devront élargir leur définition du ROI ! Car avec l’intégration du canal social dans un process de recrutement, employee advocacy ou de génération de leads, mesurer les résultats de manière aussi directe qu’auparavant (“money in, money out”) n’est plus exactement en phase avec les nouvelles méthodes de travail ! Ce serait comme si on essayait de recharger une voiture électrique pas à une borne, mais dans une station essence ! Les deux ne sont pas compatibles ! Cela veut dire qu’il faudra en 2020 réfléchir sur comment l’approfondissement du social contribue aux relations avec les prospects/ clients, aux stratégies, aux process, à la veille… Est-ce que cela permet d’économiser du temps et de la productivité ? Peut-on retravailler son organigramme grâce aux usages réseaux sociaux afin de l’optimiser en termes de coûts ?

En tout cas, une chose est sûre : les clients, prospects, partenaires… utilisent tous les réseaux sociaux et le digital pour faire leurs achats (du “social buying”) depuis des années… Ils continueront certainement à exister dans ces deux mondes on et off line en 2020…

Alors, en 2020, plus que jamais, la question n’est plus “Notre entreprise, doit-elle se servir des réseaux sociaux ?”, mais plutôt, “Comment peut-elle améliorer ses relations digitales sur les réseaux sociaux ?

#Tobecontinued en 2020….. ?

Vous et votre  entreprise êtes en pleine réflexion sur comment intégrer les relations digitales au cœur de vos stratégies ? Comment faire pour imbriquer le canal social dans vos process ?

Nous comprenons ce type de questions et les expérimentons avec nos clients multinationales, grands groupes et PME. C’est pour cela que nous avons créé une solution agile et adaptée pour répondre à ces types de questionnements : #Smartperspective vous aidera à intégrer le canal social dans votre ADN et à le faire reconnaître en tant qu’un des piliers de vos stratégies par votre management et vos équipes….

2020 est déjà là, qu’attendez-vous ?

Fixez un RDV pour un premier échange …

____________________________________________________

* Source : https://www.forbes.com/sites/blakemorgan/2019/09/24/50-stats-that-prove-the-value-of-customer-experience/#b7ef4384ef22

** Source : Noémie MELLIER-VEUILLOT , Head of Client and Employee Advocacy, BNP Paribas.

0

Illectronisme – Définition #SmartTapas

Illectronisme – Définition

Le manque de connaissances à propos des usages des outils informatiques, appareils numériques ou réseaux sociaux… 

Les managers en entreprise ont parfois tendance à considérer l’usage des outils digitaux et réseaux sociaux comme acquis car ils pensent que leurs équipes s’en servent couramment dans leur vie privée… Mais ce n’est pas tout à fait la réalité, tout le monde ne gère pas digitalement les dossiers administratifs, les opérations bancaires, les achats ou n’apprend pas à faire des tâches à travers des tutoriels sur les réseaux sociaux… Même si cela “parait” tellement évident et simple ! 

En entreprise, les outils digitaux et les usages réseaux sociaux peuvent sembler différents et complexes. De plus, l’usage des réseaux sociaux au sein de son poste mêle positionnement personnel et professionnel… 

C’est pour cela que beaucoup de salariés se limitent aux quelques outils de l’entreprise sur lesquels ils ont été formés et maîtrisent en partie. Pour de fausses “excuses” comme le manque de temps ou de budget et la pression des objectifs, ils préfèrent souvent cacher leurs défaillances pourtant humaines. Ils perdent ainsi souvent du temps et n’optimisent pas la qualité de leur travail par simple crainte d’avouer leur “illectronisme”. Comme les illettrés craignent de montrer qu’ils ne savent pas bien lire ou écrire. 

Les collaborateurs ont souvent des niveaux variés avec des zones de confort différentes. Ils manquent donc de confiance pour se lancer, surtout sur les réseaux sociaux où ils craignent de prendre position ou de véhiculer la mauvaise image. Ils pensent aussi que leur usage doit rester personnel et non professionnel… 

L’entreprise passe ainsi parfois à côté de potentiels importants –  c’est encore pourquoi l’acculturation aux réseaux sociaux en entreprise est tellement nécessaire ! Si les équipes ne savent pas s’en servir, comment peuvent-elles communiquer avec les prospects, clients, candidats, partenaires et leur proposer une expérience de haut niveau ?

Votre entreprise souhaite valoriser les compétences de ses collaborateurs ?  Vous vous demandez comment instaurer un réflexe “social” durable au sein de vos équipes ? : Notre #SmartTeam est là pour vous guider dans votre réflexion !

_______________

Pour en savoir plus sur nos méthodes d’acculturation aux réseaux sociaux et lire quelques astuces pour démarrer, voici d’autres articles sur ce blog :

0

Mon #Smartchemin : 3 insights sur les réseaux sociaux et la vie

Michelle Goldberger - CEO The Smartworking Company Par Michelle Goldberger, CEO The Smartworking Company®, Social media learning and Social Selling Innovator

A l’occasion de l’anniversaire de Smartworking (nous avons fêté nos 12 ans cet été ! ) et aussi le mien (je vais vous épargner les détails ?), je me sens juste un peu nostalgique… Mais en même temps, je me suis dit que peut-être ce partage très franc et honnête pourrait vous être utile… En tout cas, merci par avance pour l’intérêt que vous portez à ce billet et pour votre indulgence, car c’est la toute première fois que je publie un billet de blog aussi personnel ! À force de cajoleries de notre équipe, elles m’ont convaincue de mettre en avant mon expérience…

J’ai donc décidé de vous proposer 3 insights sur les réseaux sociaux et la vie en général…  Sans vouloir rentrer dans trop de détails ou dans le bla bla du développement personnel, je me dis que c’est le bon moment de prendre du recul et partager avec la communauté les leçons business et vie que je retiens de ce chemin parcouru, associé à celui de The Smartworking Company®…

Le métier de la formation et l’acculturation des managers aux réseaux sociaux est en pleine construction. L’évolution fulgurante du digital impacte énormément la façon dont on achète en BtoB/BtoC, cherche un job, un prestataire, un partenaire… Et bien évidemment cela oriente la façon dont les entreprises doivent utiliser les réseaux sociaux et acculturer leurs équipes ! Cela nous oblige à être agile et à l’écoute en permanence. Pour rester en phase avec les besoins, il faut toujours se poser la question : quelle pertinence pour le client afin de l’aider à apporter le maximum de valeur à ses propres clients !! Résultat des courses : nous devons sans cesse nous adapter et proposer des parcours pédagogiques évolutifs en phase avec les besoins des entreprises et de leurs clients.

Ce double anniversaire me permet de faire cette introspection et je me rends compte que ce monde “social” que nous voyons grandir depuis sa création, suit les mêmes règles que notre développement.

J’ai toujours essayé d’insuffler à The Smartworking Company® ma vision qualitative, humaine et practico-pragmatique de l’usage des réseaux sociaux. Même si, je dois l’avouer, il est parfois difficile de maintenir le cap face aux plateformes de formation “industrielles” ! Mais je sais que beaucoup d’entreprises apprécient la facette dynamique et agile, avec notre côte, “spécialiste des compétences réseaux sociaux” comme le petit fromager du coin 🙂 .

Enfin, pour tout dire, mon chemin de Chief #Smartworker n’est pas toujours facile, mais je ne me vois pas faire autre chose ! Et mon “journey” me permet d’apprendre et développer sans cesse ! J’espère que ce partage va vous aider aussi dans votre développement business et personnel sur les réseaux sociaux comme dans l’IRL* :

Happy Birthday to The Smartworking Company ! #Lovethejourney #Reseauxsociaux #Depuis2007 Cliquez pour tweeter

Insight 1 : #AlwaysADN 

Comme le dit l’adage d’Oscar Wilde, “Be yourself, everyone else is taken.” 

Je ne pourrai jamais assez souligner cela… Quand je réfléchis à toutes les expériences, professionnelles comme personnelles, qui n’ont pas abouties, je me rends compte qu’elles ont toutes un point en commun : elles n’étaient pas complètement en phase avec mon ADN et/ou celui de l’entreprise… Je sais à quel point il est difficile d’oublier cela, car on a tellement envie de faire plaisir, gagner et réussir un projet…

Mais dès qu’une expérience commence à devenir épineuse, si le projet n’est pas vraiment en phase avec ce que tu as dans les tripes, cela va flopper ! Et c’est la même chose pour tes activités sur les réseaux sociaux. En écrivant, en faisant des commentaires, des messages ou écrivant des billets de blog sur les réseaux sociaux, si ce n’est pas authentique, cela se sent tout de suite ! D’autant plus que nous vivons dans une époque du “fake” et des selfies sur les réseaux sociaux, le fait de rester soi même, on et off line, n’a jamais été aussi important!!

Insight 2 : Tue le regret, avant qu’il te tue.. 

Comme le dit l’adage connu, “Il ne faut rien regretter du passé, il faut juste en retenir la leçon…” 

Dans l’effort de ne pas écrire un de ces articles un peu “foutaise” sur le développement personnel, ou presque pire, comme une émission d’Oprah, mais dire simplement : le regret, c’est du poison. Il ronge ta confiance et peut même pénétrer, sans que tu t’en rendes compte, ton travail, tes relations, tes décisions, même ce que tu écris sur les réseaux sociaux ! Il peut rester tellement enraciné dans ta mémoire, dans ton ADN, que ses dégâts peuvent t’empêcher d’avancer…

Insight 3 : Crois en toi afin que les autres te suivent… 

Même si l’on vient d’un environnement, d’une famille ou d’une culture (comme la France, par exemple… sans vouloir faire du #Frenchbashing, of course… 😉 ), ou l’on n’a pas appris à avoir confiance en soi, pour emprunter les mots tellement éloquents de Gary Vaynerchuk (serial entrepreneur américain et pionnier du marketing numérique et des réseaux sociaux) “Fuck ‘em!” ?

Il est difficile de croire en soi, ce n’est pas toujours inné… Alors, il faut essayer de ranger ses pensées négatives du syndrome d’imposture, faire le nécessaire, chercher de l’aide…. Le manque de confiance peut coûter très très cher…

Alors, pourquoi, prendre le risque de perdre un projet, un job, un client, un membre de l’équipe, une relation ? Le manque de confiance en soi peut même t’empêcher de réagir, de partager tes réflexions et prendre contact avec des nouvelles personnes sur les réseaux sociaux ! … Alors qu’attends-tu ?? Plus tu attends, plus ce sera difficile de rattraper le temps perdu..

Love The Journey

Enfin, j’espère que ce petit aperçu des mes insights  appris sur mon #Smartchemin pourra vous être utile et contribuera à vos réflexions… Ou simplement aura été un petit rappel sur les progrès que vous avez déjà fait sur vos propres aventures….

Peu importe, n’hésitez pas à me faire signe : si ces insights vous parlent, si vous avez vos propres insights retenus lors de votre propre aventure.. Ou peut-être vous avez vécu un peu la même chose ?

Dites-le-nous, n’ayez pas peur de partager vos mots, vos idées, vos expériences… Car nous sommes tous pareils…

Happy Birthday Smartworking  ????

Merci à vous tous et toutes qui nous suivez sur ce #SmartChemin et

 merci pour votre confiance !

Vous avez des questions, des doutes, des freins sur l’acculturation aux réseaux sociaux de vos équipes, la #SmartTeam est là pour vous aider et explorer des solutions ensemble !

Contactez-nous

______________________________________________________________________________

*IRL : In Real Life (dans la vrai vie) 😉

0

L’évolution du Directeur accessible, digitalement agile et réseaux sociaux friendly…

L’appétence du dirigeant pour les réseaux sociaux est le 1er facteur d’engagement de l’entreprise…

Michelle Goldberger - CEO The Smartworking Company Par Michelle Goldberger, CEO The Smartworking Company® et Directrice socialement engagée…

D’après une étude de Bpifrance, “70% des PME sont présentes sur les réseaux sociaux mais seulement 36% y sont actives. L’appétence du dirigeant pour le sujet est le 1er facteur d’engagement de l’entreprise sur les réseaux, en découle ensuite la prise en main du sujet par un service communication et marketing et également, la formation des salariés.”

… Mais la Direction est-elle réellement engagée sur les réseaux sociaux ?

Beaucoup de Directeurs disent « ah oui, le comité de direction est en phase concernant les réseaux sociaux” ou “a déjà été acculturé aux réseaux sociaux et ils soutiennent la stratégie digitale…” Mais quand le moment arrive de joindre l’acte à la parole et fournir le soutien nécessaire, en termes d’effort ou du budget, les anciennes attitudes ressortent :

“Mais montrez nous les calculs du ROI et nous soutiendrons le projet d’acculturation, ou d’employee advocacy… “ ou “Je n’ai pas le temps de m’occuper de mon profil LinkedIn. L’entreprise n’a pas besoin de ma présence sur les réseaux sociaux…” ou même encore pire, “Mais je ne cherche pas de job, là je suis bien sur le comité de direction !”

Alors, on se demande à quoi les membres du Codir ont été acculturés et sont-ils vraiment “en phase” avec la stratégie réseaux sociaux ?? Comprennent-ils vraiment la courbe de la transformation digitale et son impact sur leur business ? Et où en sont-ils quant à la maturité réseaux sociaux ?

Être mature dans son approche réseaux sociaux ne veut pas dire forcément être prêt à guider une entreprise comme Google, ou totalement digitalisée. Et la maturité réseaux sociaux d’une entreprise ou d’un comité de direction, ou de ses membres, peut bien entendu se définir différemment d’une entreprise à l’autre. Un codir, ou un de ses membres, mature en matière de réseaux sociaux ou même Social Selling comprend que la maturité ne se trouve pas à travers un modèle unique mais plutôt à travers un modèle adapté à une stratégie et problématique, clients, marché, secteur, équipes…. Il s’agit aussi de leur capacité à reconnaître l’utilité des réseaux sociaux et d’avoir l’esprit ouvert quant à leur proposition de valeur. Carline Huslin, ancienne pilote de la transformation digitale chez Generali , l’explique bien, quand elle décrit la maturité digitale/réseaux sociaux :

« Comment mettre de l’agilité dans un cadre maîtrisé … »

Caractéristiques de maturité Social SellingAlors, comment faire en sorte que les membres de la Direction soient prêts à soutenir une stratégie réseaux sociaux agile, tout en restant focalisés sur les axes stratégiques ?

Déjà, un bon début est de les aider à identifier clairement l’usage des réseaux sociaux dans le contexte de leur entreprise afin de comprendre dans sa globalité la présence sur des plateformes différentes de :

  • l’entreprise, son écosystème, ses produits et ses messages…;
  • les prospects et clients BtoB/BtoC, le parcours d’achat et le buyer persona* ;
  • la concurrence et l’image de marque ;
  • les équipes et les candidats.…

Certes, beaucoup de Directeurs nous disent « ah oui, la Direction a déjà été « acculturée » et ils nous soutiennent dans la stratégie réseaux sociaux.

Mais par contre quand ils essaient de faire passer des messages et demandes de budgets et de soutien pour faire bouger les lignes au niveau de la maturité des équipes sur le sujet, elles sont souvent refusées…

Pourquoi ?

  • ils « ne voient pas le ROI (Return on Investment) ** » (malgré les statistiques présentées…) → ont-ils la bonne approche quant au ROI? S’ils sont focalisés sur le quantitatif, ne faut-il pas les accompagner pour mieux l’évaluer avec une approche “qualité quantitative” ? 
  • “cela n’est pas une priorité…” → on se demande si les interactions avec les prospects et clients à travers le digital sont vraiment reconnues comme “prioritaires”…
  • “ils sont déjà overbookés….” → question de priorités … ?
  • ils ne voient pas l’utilité, et objectent : “Mais nous ne sommes pas des dirigeants comme Stéphane Richard, PDG d’Orange, ou Isabelle Kocher, PDG d’Engie. Notre entreprise et ses dirigeants ne sont pas connus comme dans ces grands groupes… La visibilité sur les réseaux sociaux n’est pas nécessaire pour nous, beaucoup plus petits, et moins connus..” → encore une bonne raison… 😉
  • “ dans notre secteur, c’est le bouche à oreille qui fonctionne, les membres de notre écosystème ne sont pas sur les réseaux sociaux. Donc, cela ne sert pas à grand-chose…” → les bouches et les oreilles se trouvent aussi sur les réseaux sociaux.. 🙂
  • ils pensent que les équipes internes peuvent les aider à monter en compétences rapidement… → ces dernières n’acceptent pas parfois facilement cette tâche, ne voulant pas mettre en avant une défaillance du dirigeant et/ou leur propre manque de compétence pédagogique ou de compréhension mature du business nécessaire afin d’orienter correctement les dirigeants, par manque de familiarité de leur positionnement sur les réseaux sociaux…. 
  • ils pensent qu’ils peuvent “se décharger de la tâche des réseaux sociaux” sur les “jeunes…” : les jeunes managers, les stagiaires/apprentis ou même leurs enfants… Comme entendu récemment d’une PDG d’une entreprise mondiale d’audit et de conseil, “Je sais que les réseaux sociaux sont importants, c’est pourquoi j’ai demandé à ma fille, qui est au collège de remplir mon profil LinkedIn….” → un collégien a-t-il une bonne vision du monde professionnel et est-il capable de mettre en place un profil adapté ? et après… qui continue à l’animer et “driver” d’après un fil conducteur… ? Le profil devient-il un cimetière digital ?
  • ils pensent que ce n’est pas “leur place” d’être dans “la vitrine”… → ne négligent-ils pas leur rôle important à tenir grâce à leur place privilégiée dans l’entreprise, leur notoriété permettant aux bonnes personnes d’entrer spontanément en contact avec eux et leur donnant la bonne visibilité ? Sans parler de l’influence qu’ils peuvent avoir sur le recrutement et la fidélisation des salariés… Un patron actif sur les réseaux sociaux est quand même un indicateur intéressant du niveau de modernisation de l’entreprise…

Les avis sur EDF sur la plateforme Glassdoor, une sorte de TripAdvisor pour évaluer l’emploi dans les entreprises :

Classement EDF Glassdoor
Aujourd’hui il n’y a pas que les clients qui donnent leurs avis sur les réseaux sociaux… Les candidats et salariés y sont rois aussi ! Psst….: Ci-dessus des notes d’évaluation sur Jean-Bernard Lévy, Président-Directeur Général d’EDF… 😉

  • ils veulent rester “discrets…” → pourquoi se passer de mettre en valeur leurs grandes expertises ? Ce sont quand même eux qui décortiquent déjà tous les jours les actualités de leur profession et créent la ligne directrice de leur entreprise, en étant de vrais visionnaires de tendance !
  • ils refusent de prendre des risques et de perdre leur positionnement dans l’entreprise/perdre la face devant leurs collègues… et même prendre le risque de perdre leur parachute doré / leur retraite… → ne seraient-ils pas plus à l’aise s’ils maîtrisaient mieux le sujet et pouvaient adopter la bonne posture en conservant leur rôle de leaders ?

Et quand les membres du codir reconnaissent l’importance des réseaux sociaux, c’est pourquoi ?

  • la situation financière ne va pas aussi bien qu’il y a quelques années et ils découvrent dans l’urgence qu’il faut “se réinventer…”
  • leur entreprise vit une fuite de talents, en maîtrisant mal la guerre du recrutement
  • le management subit une pression interne des salariés…
  • suite à la gestion des profils réseaux sociaux par des salariés ou cabinets externes pas assez compétents ou investis, ils se rendent compte du temps et du budget perdus et décident d’examiner sérieusement la question….

Ce sont quelques unes des raisons principales, mais la liste est infinie…

Et, enfin, quand ils acceptent de jouer le jeu, le chemin à parcourir peut être long… Certains trouvent difficile de trouver leur « voix authentique » sur les réseaux sociaux… :

  • ils préfèrent ne pas trop “s’exposer”…
  • comme beaucoup de salariés, ils ne voient pas où est la frontière entre leur vie privée et leur vie professionnelle…
  • ils manquent de savoir faire et d’expérience ou simplement d’assurance…
  • ils considèrent les réseaux sociaux comme une tâche ou une responsabilité supplémentaire
  • ils peuvent prendre un risque et se sentir mal à l’aise, car les réseaux sociaux peuvent rendre certaines choses transparentes…

« Le pari, c’est de changer de prisme », résume Carline Huslin.

En intégrant les réseaux sociaux dans une stratégie de pilotage, en se délivrant des questions de positionnement à adopter, la Direction développe la valeur ajoutée nécessaire pour tout l’écosystème de son entreprise !

Durant nos interventions fréquentes auprès d’entreprises souhaitant développer leur présence sur les réseaux sociaux, nous rencontrons souvent ce type de situations ou il faut les aider à changer de prisme, comme Carline Huslin le constate. La plupart d’entre elles sont déjà présentes sur les réseaux à titre institutionnel mais elles doivent désormais améliorer l’acculturation du comité de direction et ensuite intégrer les usages réseaux sociaux aux stratégies de toutes les équipes.

L’accompagnement pédagogique pour les dirigeants leur permet de prendre du recul et de mieux appréhender la tâche transversale à accomplir :

  1. tout d’abord, comprendre et bien prendre en compte dans les stratégies business les leviers des réseaux sociaux pour leur entreprise, les clients et leur écosystème ;
  2. ensuite fédérer l’ensemble des équipes autour de ce projet commun qui leur permet de comprendre l’utilité pour elles mêmes, les clients et l’entreprise ;
  3. puis leur fournir un accompagnement pédagogique qui permet d’acquérir les compétences techniques ET la bonne posture afin de devenir de vrais ambassadeurs sur les réseaux sociaux !

Ces étapes sont primordiales dans le process. Nous rencontrons souvent des entreprises qui, à force de travailler en silos, essaient d’acculturer les équipes dans leur coin ou dépensent des budgets importants sur l’achat d’outils, sans passer par un sponsor de la Direction. Malheureusement, en allant directement vers l’étape 3, sans les étapes 1 et 2, les résultats ne sont pas concluants. Ils finissent par constater que les “réseaux sociaux ne marchent pas” et qu’il n’y a pas de ROI.

Même si casser les barrières posées par des années de cloisonnement des services et obtenir le soutien d’un sponsor de la Direction ne semblent pas simples, c’est un facteur important de déclenchement, qui est rendu plus fluide et accéléré en se faisant accompagner par une personne extérieure.

Et enfin, si cette étape d’intégration des membres de la Direction n’est pas bien faite ? 

On finit par se demander combien de temps les dirigeants pourront encore rester dans leur tour de verre ? Combien de temps cela va prendre pour que la bulle digitale et sociale les touche et finisse par éclater ? Que faudra-t-il pour que les membres de la Direction se rendent compte que les médias sociaux ne devraient plus être considérés comme un sujet léger ou secondaire, mais plutôt comme un sujet à piloter par des professionnels expérimentés et pas forcément par des juniors… Comment les convaincre d’investir pleinement et endosser la responsabilité ?

La tâche de transformation digitale n’étant pas simple, il faudrait, tôt ou tard, que le comité de direction soit redevable d’une feuille de route qui permettra à l’entreprise d’innover et en même temps aux membres du comité exécutif et aux équipes de comprendre comment gérer l’équilibre entre la nécessité du « delivery » et la logique de transformation, en minimisant les risques…

Quand les réseaux sociaux auront trouvé leur place permanente dans la salle du conseil d’administration, le dirigeant deviendra définitivement accessible, digitalement agile et réseaux sociaux friendly…

Alors, convaincus ? Mais vous voulez être sûrs de l’efficacité de vos démarches avant de les mettre en place ou de les présenter à la Direction ? Vous vous demandez comment structurer une approche réseaux sociaux dans une stratégie pédagogique globale ? Comment assurer l’acculturation de l’ensemble des membres de votre structure et maîtriser le ROI ?

Contactez-nous, notre équipe mettra notre expérience de 12 ans à votre service… 

______________________________________________________________________________

*Buyer persona :désigne le client cible idéal. C’est un portrait détaillé d’un faux personnage, qui est une des cibles de l’entreprises, avec ses goûts, habitudes, besoins, problématiques, etc. Cela permet de cibler au mieux la communication, le marketing, le Social Selling, l’offre…

** A lire pour en savoir plus sur le retour sur investissement (RSI), aussi appelé aussi ROI (Return on Investment) des réseaux sociaux https://smartworking.fr/fr/2018/04/23/reseaux-sociaux-roi/

0