Acculturation

Représente une carte aux trésors, mention des réseaux sociaux : LinkedIn, Facebook, Instagram et Youtube

X indique l’endroit… ou peut-être pas ?

Si vous revenez tout juste de vacances où il n’y avait pas de réseau…

 

Twitter a changé de nom ! Le réseau social s’appelle désormais “X”. Ou peut-être que vous le saviez déjà et que vous êtes perplexe concernant la décision d’Elon Musk de se débarrasser du petit oiseau bleu…

 

D’où vient le nom “X” ?

On ne sait pas exactement ce qui passe par la tête d’Elon, mais comme l’adage le dit en anglais : “X marks the spot.”

 

Cette expression est souvent utilisée dans les histoires sur les chasseurs de trésor. Sur leur carte au trésor, le X indique l’endroit où est le trésor !

 

Alors, Elon Musk veut-il chasser davantage de trésor, en changeant le nom de cette plateforme et en la faisant devenir une “cash machine” ?

 

D’après l’homme d’affaires renommé, l’entreprise va basculer vers une plateforme avec plus de services payants, de gaming… car, d’après lui, Twitter n’était pas rentable.

 

On avait déjà témoigné ce souhait de Musk d’intensifier et diversifier les sources de revenus de la plateforme en fin 2022 avec le lancement chaotique de Twitter Blue (devenu maintenant “X Premium”).

 

Pour 9,60€ par mois, les abonnés à ce service ont accès à quelques privilèges :

  • des tweets et vidéos sans la limite de caractères, modifiables et plus visibles (en apparaissant en priorité)
  • moins de publicités
  • une messagerie privée
  • l’accès à la fameuse encoche bleue montrant que le compte est certifié

Autrefois convoitée, cette encoche bleue était uniquement réservée aux personnalités publiques. Elle est désormais accessible à tous les abonnés à X Premium. Même si X assure que cet abonnement est riche en valeur car il permet de customiser davantage l’expérience utilisateur, très peu s’abonnent.

 

Alors pour pousser les créateurs à s’abonner à X Premium, la plateforme a mis en place à l’été 2023 la monétisation des tweets, appelé le Ads Revenue Sharing. Pour information, un créateur est un “twitto” (un “X-o” ?) actif qui crée du contenu régulier, et qui peut désormais recevoir de l’argent grâce à ces activités.

 

Afin de comprendre comment fonctionne la monétisation des tweets : X ajoute de la publicité sous le tweet du créateur, et les revenus sont partagés entre le réseau social et le créateur.

 

Cependant, même si le créateur est abonné à X Premium, il doit avoir au moins 500 followers et au moins 5 millions d’impressions sur un trimestre pour espérer avoir des retombées financières.

 

Mais alors, où sont les entreprises dans tout ça ?!

Même si X a une nouvelle offre : le service “organisations certifiées” pour, comme indiqué sur leur plateforme, “multiplier leur portée organique par 2,” les entreprises et leurs équipes marketing et RH peuvent se demander si l’abonnement de 1140€/mois vaut vraiment la peine !

 

Alors… :

  • Comment ce grand changement va-t-il les impacter ?
  • Vont-elles y rester ?
  • Trouveront-elles leur bonheur dans cette “X-osphere”?
  • X va-t-il être aussi efficace pour la visibilité de la marque employeur et du recrutement ?
  • Sera-t-il aussi utilisé par les politiciens ?
  • Et pour les directeurs et autres membres du management ? Et le leader advocacy … ?
  • Est-ce que X sera vraiment la “place to be” pour eux ?

 

En attendant, une chose est sûre : Elon est sous les spotlights et ce grand changement lui fait un gros spot publicitaire !

 

Vous avez des questions, ou recherchez des informations concernant les usages des réseaux sociaux en entreprise ?
Pour recevoir nos différents contenus : guides, pense-bêtes, speedlearnings, feuilles de route, etc…

 

Contactez-nous

0
Leçons de personal branding par Barbie Image de barbie qui représente une formatrice

4 leçons de Personal Branding by Barbie®

D’après Mattel, Inc.,99% des habitants de la planète reconnaissent les traits caractéristiques de Barbie.

 

Cela veut dire qu’une poupée Barbie est plus reconnaissable qu’une canette de Coca Cola !

 

Qui aurait cru qu’une petite poupée de seulement 29 cm aurait une si grande notoriété ? 😮

 

Un facteur clé de cette image tellement connue est que le Personal Branding de Barbie ne ressemble à aucun autre !

 

Alors, comment fait-elle cette Barbie ?

Donnez un coup de rose à votre Personal Branding en consultant ces 4 leçons de Personal Branding à tirer de cette star internationale iconique !

 

Identifier vos objectifs !

Quand Barbie décide de faire une activité, elle est précise dans son choix. Ce qui lui permet de toujours avoir la tenue parfaite qui va bien avec l’activité !

Et vous ? En sachant ce que vous voulez atteindre à travers votre Personal Branding sur votre profil, il sera plus simple de bien l’« habiller ! » 😉

 

Choisir votre style !

Quand vous pensez à Barbie, la couleur rose vient tout de suite à l’esprit !

Avec une couleur, un vêtement ou un objet fétiche, comme le col roulé noir de Steve Jobs ou le gant blanc de Michael Jackson, votre Personal Branding sortira du lot !

 

Oublier votre âge !

D’après ses créateurs, Barbie avait déjà 19 ans à sa naissance en 1959.

Cela veut dire qu’elle aurait environ 82 ans aujourd’hui !  #MamieBarbie 👵🏻

Mais en regardant son Personal Branding, on ne pourrait jamais le deviner !

Alors, concentrez-vous sur votre ADN et pas votre DDN !

 

Voir GRAND !

Barbie et ses amis permettent aux millions d’enfants dans le monde de « voyager » via leur imagination et de créer des histoires en jouant avec leurs amis.

 

Votre Personal Branding est un véhicule à travers lequel vous pouvez « voyager » sur LinkedIn, développer votre créativité et réseauter.

 

Comme le dit la chanson, “Barbie Girl” : “Imagination, life is your creation!”

 

Alors laissez libre cours à votre imagination et concevez un Personal Branding qui est en phase avec ce à quoi vous aspirez.

0
Article Portrait robot employee advocate sur les réseaux sociaux Organisation, mental, proposition, communication

Être employee advocate, ou “ambassadeur de marque” de son entreprise…

Est-ce fait pour tous les collaborateurs ? 🤔

 

Un employee advocate, c’est quoi ?

 

→ C’est un un.e salarié.e volontaire qui devient ambassadeur/rice de la marque dans sa vie professionnelle, notamment sur les réseaux sociaux.* 👩🏻‍💼📱

 

A quoi doit ressembler l’employee advocate idéal ? 🤨

 

Il/elle doit être :

 

  • volontaire ;
  • ouvert d’esprit ;
  • vecteur de changement.
Découvrez tous les traits de caractère du parfait employee advocate dans notre portrait robot ! Cliquez pour tweeter

 

*Source : Le Social Selling au pays du ROI de Michelle Goldberger

 

➡️ Découvrir le portrait robot de l’employee advocate

0

La boîte à outils Social Selling du directeur commercial
Partie 2 : Identifier les bases de votre stratégie Social Selling

Michelle Goldberger, auteure du livre “Le Social Selling au pays du ROI”, partage ici des pistes de réflexion, empruntées à cet ouvrage, pour découvrir et développer le Social Selling dans votre entreprise.

 

Avec 44 % de salariés travaillant toute la semaine en mode télétravail*, l’isolation des collaborateurs des entreprises de toutes tailles, accompagnée par une augmentation croissante des offres des retailers et du BtoB sur le digital, il est indéniable que la pandémie a « forcé » beaucoup d’entreprises à se servir davantage des réseaux sociaux et du digital.

 

Cette grande « socialisation » et digitalisation des achats BtoC et BtoB n’a jamais autant impacté le commerce. Elle a poussé la vente hybride au devant de la scène. En effet l’usage de canaux différents, on et off line, et le nombre de ces canaux utilisés avant, durant et après les ventes ont explosé (téléphone, email, réseaux sociaux, applications etc.)

 

Déjà bien en route avant la pandémie, la phygitalisation (physique + digital), et avec elle la réduction des rendez-vous en face à face, s’est accélérée. En conséquence, la digitalisation des process de vente, des relations client et l’acculturation des salariés est devenue presque urgente pour les entreprises retardataires.

 

Ainsi, aujourd’hui beaucoup d’entreprises sentent le besoin pressant de se convertir et même de s’« hybrider », en termes de mode de fonctionnement pour leurs salariés, leur process commercial etc. Si elles ne réagissent pas rapidement, elles risquent d’en souffrir les conséquences : perte du chiffre d’affaires, des salariés, des clients, des parts du marché…

 

Alors afin de suivre l’économie actuelle, évoluer avec ce nouveau rythme frénétique, il faut commencer avec les bases : faire un état des lieux, mettre en place le début d’une stratégie commerciale hybride (prospection, animation du réseau, fidélisation en mode multicanale, en off et online….)

 

C’est exactement pour cela que dans la partie 1 de cette série, La boîte à outils Social Selling du directeur commercial, nous vous proposons un outil pour faire votre état des lieux et définir votre vision Social Selling.

 

Pour aller plus loin, voici la grille d’analyse qui vous permettra de construire la base de votre Stratégie Social Selling.

 

En s’appuyant sur les réponses aux questions des tableaux de construction de votre vision Social Selling, la grille d’analyse ci-dessous est un rappel structuré des bases et vous permet de réfléchir sur les actions à mettre en place en relation avec chaque élément.

 

 

Grille d’analyse : la stratégie Social Selling  (Le Social Selling au pays du ROI)

Pour recevoir la grille complète envoyez-nous un email.

 

Une fois les tableaux et grilles remplis… : 

 

Vous avez complété ces deux grilles ? Vous êtes déjà en marche vers une mise en place efficace du Social Selling dans votre entreprise !  😁

 

 

Nous verrons dans le prochain article les autres éléments nécessaires à la mise en place du Social Selling pour votre entreprise… Abonnez-vous à ce blog pour ne pas le rater !

 

 

Cette boîte à outils est un extrait du livre Le Social Selling au pays du ROI où vous retrouverez des explications, des astuces et un accompagnement détaillé pour mettre en œuvre le Social Selling dans votre entreprise. 

 

 

 

Pour aller plus loin, découvrir les bonnes pratiques de la mise en place du Social Selling pour les directeurs commerciaux, marketing, communication, formation, RH et le management… et engager vos équipes vers les méthodes commerciales en mode multicanal.

0

Top 15 des raisons pour lesquelles vos messages restent sans réponses sur LinkedIn

Ça y est, vous avez passé un bon petit bout de temps sur la rédaction de messages personnalisés pour des prises de contact intéressantes sur LinkedIn… Vous êtes 98% sûr que le message va interpeller. Vous cliquez sur “Envoyer”, puis vous faites tout ce qu’il faut en respectant les ”règles” : des consultations régulières de votre compte pour voir les dernières nouvelles de votre réseau, en gardant un œil sur les différents membres de votre écosystème, les informations de votre secteur, en laissant des commentaires etc.

Et puis, vous envoyez de nouveau quelques invitations… Et hop, elles sont acceptées. Votre cœur bat légèrement plus vite – vous êtes content, vous vous dites, “oh, super, je vais les remercier, en envoyant un autre message personnalisé… Et de nouveau – rien – pas de réponse… Et encore pire, vous avez une notification de lecture du message avec la photo de la personne qui apparaît en bas à droite de votre message…

Notification du “message lu” sur LinkedIn.

 

A force d’entendre cette plainte de beaucoup de commerciaux et d’autres collaborateurs depuis des années, et encore plus depuis la pandémie, nous avions très envie d’aller au fond des choses.. . Et c’est exactement pour ça que nous avons récemment créé un sondage pour éclaircir cette grande question de la “non-réponse”.

Vous pouvez constater ci-dessus que les résultats parlent d’eux même… Ce n’est pas une surprise. La majorité a répondu “ ça dépend du message et de l’expéditeur”, à la question, “Répondez-vous aux messages privés sur LinkedIn?”

Si une bonne partie des personnes répondent aux messages reçus sur LinkedIn, cela veut dire que LinkedIn s’avère donc un vecteur pertinent pour obtenir des contacts intéressants ! Alors pourquoi tant de personnes continuent à ne pas recevoir de réponses ?
Grand mystère… 🤨🧙‍♂️

Si des personnes répondent aux messages reçus, cela veut dire que LinkedIn est un vecteur pertinent pour des contacts intéressants ! Alors pourquoi tant de personnes continuent à ne pas recevoir de réponses ? Cliquez pour tweeter

Afin de vraiment creuser ce sujet et comprendre les freins aux réponses, nous avons décidé d’interviewer cinq directeurs commerciaux … Et voilà :

La liste des 15 raisons principales pour lesquelles vos messages restent sans réponses

La liste des 15 raisons principales pour lesquelles vos messages restent sans réponses Cliquez pour tweeter

Le message

  • est trop long ;
  • manque de clarté et de “call to action” ;
  • se présente en étant trop commercial – focalisé sur l’expéditeur, son entreprise et ses produits ;
  • est vide de pertinence ou de valeur pour le destinataire ;
  • ne concerne pas le destinataire, est mal ciblé.

Le destinataire

  • ne comprend pas comment répondre ;
  • manque de maturité quant aux usages des réseaux sociaux : il n’est pas sensibilisé aux messages personnalisés et/ou il n’a pas paramétré sa messagerie pour recevoir les messages de LinkedIn ;
  • est tellement débordé par ces “nouveaux usages” qu’il a tendance à identifier tous les messages en tant que “dérangeants” ou sans pertinence, sans vraiment les considérer ;
  • se méfie des personnes “inconnues” qui ne lui sont pas recommandées ;
  • craint en répondant, d’ouvrir une véritable boîte de Pandore, et de ne plus pouvoir “se débarrasser” de l’expéditeur s’il n’est plus intéressé, ou n’a pas le temps de continuer l’échange.

L’expéditeur

  • a des attentes irréalistes ;
  • n’a pas de bons modèles ;
  • n’a pas le temps nécessaire, ne sait pas comment rédiger des messages efficaces ;
  • manque de soutien de son management ;
  • a des difficultés à coordonner son process de prospection/fidélisation.

Maintenant que vous avez le Top des 15 raisons, vous voulez probablement savoir comment les contrer ?? 

Recevez nos recommandations :

Comment rédiger des messages efficaces

 Ne gaspillez plus votre temps en attendant des réponses qui ne viendront pas ! 

Prenez vite contact avec nous pour éviter ces écueils et booster vos activités sur les réseaux sociaux !  

 

Michelle Goldberger

Social Trainer and Social Selling Author

The Smartworking Company®

Animation de + 200 séminaires/conférences (SAP Europe, Wipro…)
Formation de +3000 commerciaux sur le Social Selling  (Crédit Agricole Alpes Provence, Western Union, Office Depot, Bouygues Telecom, Stanley…)
0

Sam le Smart Social Cowboy a eu une formation Social Selling pour Noёl

Episode 6 :

Sam le Smart Social Cowboy 🤠 a eu une formation Social Selling pour Noёl

#SamSocialCowboy est un salarié commercial, communicant, marketeur, RH qui communique en solitaire sur les réseaux sociaux professionnels avec un profil « semi brandé » de la marque de l’entreprise. Dans les épisodes précédents, Sam a fait ses débuts dans le Social Selling :

  • passage d’un profil de type CV vers ce qu’il pense être un profil orienté Social Selling ;
  • essai de rédiger des invitations plus #customercentric ;
  • suivi des tendances commerciales ;

Il y a juste un petit bémol… Malgré ses efforts, notre cher Sam n’atteint toujours pas son but…

Alors, son directeur commercial décide, finalement, de le faire former avec ses collègues commerciaux BtoB. Sam va enfin apprendre à utiliser les bons outils, méthodes et fonctionnalités des réseaux sociaux pour générer des leads, de la visibilité et de la valeur pour les membres de son écosystème.

Sam et sa collègue Samantha sont au septième ciel. Ils vont avoir désormais la possibilité de poser toutes leurs questions, comprendre pourquoi leurs essais d’utiliser “correctement” LinkedIn et le Social Selling n’aboutissent pas souvent et optimiser leurs actions.

Alors, comment cela s’est passé ? Sur un mois, Sam et les autres commerciaux ont suivi cinq séances de formation à distance de deux heures chacune. Cela leur a permis de :

  • comprendre ce qu’est concrètement le Social Selling et ce que cela n’est pas,
  • faire un mapping des acteurs clés de leur communauté sur les réseaux sociaux,
  • réfléchir de manière stratégique concernant leur Personal Branding et le mettre en place,
  • peaufiner leur profil,
  • gérer une communication à forte valeur ajoutée,
  • tester les fonctionnalités primordiales pour créer un réseau spécifique et des conversations pertinentes avec des clients & des prospects,
  • générer de nouvelles pistes commerciales.

… et tout cela dans le but de :

  • faire entrer des nouvelles personnes dans leur sphère d’influence,
  • qualifier des leads,
  • augmenter le nombre de RDV,
  • faire de la veille,

…et tout en :

  • étant accompagnés,
  • continuant leurs activités commerciales habituelles,
  • ajoutant de nouvelles actions commerciales plus efficaces,
  • arrêtant une partie de celles qui sont moins efficientes,
  • communiquant en temps réel,
  • gérant une communication à forte valeur ajoutée.

Au bout de 2 semaines et 3 séances, Sam et Samantha obtiennent les premiers résultats : une augmentation du nombre de vues et de commentaires sur leurs posts, des invitations acceptées, quelques nouveaux dialogues et même quelques RDV téléphoniques (la formation ayant lieu durant la pandémie, un premier RDV téléphonique ou sur zoom est toujours un très bon début !).

Ces deux commerciaux motivés avancent bien sur le parcours pédagogique et leurs activités commerciales. Ils préparent les séances de formation : ils essaient différentes techniques commerciales multicanaux proposées, réfléchissent en amont comment appliquer le Social Selling à leur prospection actuelle, notent leurs questions et les envoient, avec des exemples de messages, à tous les apprenants et au formateur et tracent leurs activités.

En plus, ils suivent les indications du formateur. Afin qu’une formation Social Selling soit rentable et qu’elle contribue au boost des ventes, il faut être “présent” durant les séances distancielles. Cela veut dire mettre la webcam et un casque, fermer les messageries et les portables, participer dans les brainstorming stratégiques commerciaux et différents travaux, etc…

Afin qu’une formation Social Selling soit rentable, il faut être présent. Webcam et casque, pas de portable, participer aux brainstorming, etc. Cliquez pour tweeter

Par contre, la motivation n’est pas au RDV pour tous les commerciaux : soucis de webcam, manque de participation, de concentration, de compréhension de l’utilité, continuation des mêmes anciennes techniques commerciales inefficaces, peu d’encadrement par le boss… Étant convaincus que LinkedIn est une perte de temps, ces autres commerciaux n’avaient jamais vraiment essayé de “tâter le terrain”. Ils s’étaient même un peu moqués de Sam et Samantha, en leur disant qu’ils n’arriveraient jamais à décrocher des RDV sur LinkedIn…

Malgré les recommandations du formateur concernant une réflexion stratégique avant le début du parcours pédagogique, le directeur commercial ignorait le manque de ligne conductrice commerciale et d’agilité de mode de fonctionnement, les différents niveaux de maturité quant aux usages des réseaux sociaux et les freins aux méthodes de prospection multicanale.

Le directeur commercial, qui auparavant n’avait pas priorisé sa présence dans cette formation, à la vue de ce déséquilibre de bons premiers résultats pour certains vs. le manque de sérieux pour d’autres, s’est rendu compte de l’importance de sa participation et de son implication. Il a donc accepté de mettre en place quelques KPI et des outils de prise de mesure, en fonction de la stratégie commerciale, du timing dans le cycle de vente et de la maturité quant aux usages des réseaux sociaux des prospects cibles. Le directeur a aussi commencé à participer et contribuer aux séances de formation, en encourageant les commerciaux.

Au bout de 5 semaines, voici quelques résultats :

  • environ 65% des commerciaux remplissent 80% des KPI,
  • 100% des commerciaux ont un profil orienté #customercentric et sont actifs sur au moins un réseau social minimum 2 ou 3 fois par semaine,
  • 50% des commerciaux obtiennent un RDV par semaine (via LinkedIn, ceci n’inclut pas les RDV obtenus via d’autres canaux)…

Et pour la suite de cette étude de cas sur le ROI de la formation Social Selling de Sam ? 🤠

Contactez-nous pour échanger sur votre projet de formation Social Selling et éviter les écueils d’une formation mal adaptée 😉

A très vite pour les prochaines aventures de Sam !

La suite dans le prochain épisode…

Inscrivez-vous pour suivre les aventures de Sam…

Qui est Sam ?

Qu’est-ce que Les Aventures de Sam ?

Sam le Smart Social Cowboy, c’est le rendez-vous usages réseaux sociaux des salariés bien intentionnés tous les mois ici sur le Blog Smartnews.

Sam partage avec vous ses écueils, ses astuces et vous tient compagnie lors de vos expéditions dans l’Eldorado des réseaux sociaux pour les entreprises…

Pour en savoir plus sur le Social Cowboy : Lire notre article sur le Blog SmartNews

Voir tous les épisodes de la Smart Série : Sam le Social Cowboy 

0